RPG TIME : La légende de Wright - Revue du jeu

RPG TIME : La légende de Wright – Revue du jeu

Je me rends compte que je suis peut-être un peu trop partial pour évaluer correctement Temps RPGle nouveau RPG du studio DeskWorks et Aniplex. Ce n’est pas parce qu’il est imprégné de la tradition JRPG ou parce qu’une grande partie de son iconographie apporte Quête de dragon à l’esprit – plutôt, je me vois beaucoup trop à Kenta. Je n’ai jamais été un magicien avec du carton, des pailles en plastique et des croquis comme lui, mais je sais ce que c’est que de partager des mondes sauvages et expansifs avec vos amis après l’école. J’étais le gamin avec le cahier il y a vingt ans. Je ne rêvais pas de me lancer dans la conception de jeux, mais j’avais encore des tonnes et des tonnes de pages que j’avais hâte de partager avec mes amis une fois la cloche sonnée. Il est rare de trouver un jeu qui capture vraiment cet esprit de créativité qui ne peut venir que d’un enfant, et DeskWorks a vraiment donné le ton.

Un peu semblable à Défi de jeu rétro sur DS, Temps RPG a deux couches. Au niveau supérieur, vous jouez comme vous-même, et votre meilleur ami Kenta (10 ans) se précipite vers votre bureau tous les jours après que la cloche a sonné pour vous montrer son propre RPG inventé : La légende de Wright. Grâce à une combinaison de jeux de rôle sur table, d’interactions avec des jouets réels et de nombreux travaux manuels ambitieux impliquant de simples boutons et lumières, Kenta vous guide à travers l’aventure d’un héros silencieux nommé Wright dans son voyage pour sauver la princesse Lay du mal. seigneur-démon Dethgawd. À un niveau plus profond, vous contrôlez Wright dans le jeu dans un jeu, Kenta servant de narrateur énergique et de maître de donjon. Échangeant constamment de chapeaux alors qu’il exprime les autres personnages, Kenta contrôle tous les aspects du jeu en vous guidant à travers les obstacles et les batailles, déverrouillant de nouvelles parties du jeu (c’est-à-dire le bureau) au fur et à mesure que le jeu avance. Dieu seul sait comment il traîne autant d’accessoires dans son sac à dos, bénisse son cœur.

L’interface globale du jeu n’est pas tout à fait photoréaliste, utilisant des morceaux de boutons en carton un peu caricaturaux, des découpes de papier agrafées à des pailles et des rochers peints pour simuler les nombreux nouveaux accessoires et dioramas que Kenta présente devant vous. Il aurait été intéressant de voir ces parties rendues dans des accessoires photoréalistes, mais il y a quand même du charme à voir Kenta « tempérer une épée » en taillant un crayon dans un taille-crayon décoré.

Tout est pris en compte : votre menu est perlé arrangé pour ressembler à un 8 bits menu; la musique est entièrement diégétique, et le lecteur MP3 de Kenta se compose de ses chansons préférées de ses jeux préférés ; votre indicateur de santé est une règle à ruban réutilisée. Les cinématiques peuvent être soit une séquence fantaisiste de kamishibai, soit une bande dessinée dépliante appuyée sur des pailles. Et le « jeu » proprement dit est le cahier de Kenta où chaque étape, bataille, carte et pièce est un croquis élaboré réalisé par les mains de Kenta.

Kenta a un bon style unique, avec chaque personnage simple et archétypal dans sa conception mais néanmoins reconnaissable. Wright est édulcoré Quête de dragon protagoniste, parce que c’est ce qu’il doit être. La princesse Lay est une belle princesse blonde, parce que c’est ce qu’elle doit être. Etc., etc. Et juste au moment où vous pensez savoir comment quelque chose fonctionne, Kenta sort un nouveau mécanicien. Animations de flipbooks. Modification des cartes cachées sous des post-it. Effacer et redessiner des cartes pour introduire de nouvelles menaces.

Malgré cela, cela ne ressemble jamais à un jeu sauvage de Calvinball où les règles sont simplement modifiées arbitrairement sur vous, mais plutôt à un jeu élaboré où de nouveaux obstacles et outils vous sont constamment présentés. Même le démarrage du jeu vous envoie immédiatement à un mini-jeu où vous devez tailler un crayon ou jouer avec un jouet avec Kenta avant d’aller à « l’écran titre » (c’est-à-dire, Kenta met le cahier sur votre bureau).

Le titre Temps RPG est un peu impropre car les jeux préférés de Kenta incluent aussi des jeux de tir et des jeux d’horreur : de nombreuses séquences impliquent des changements de genre décalés comme Wright sautant dans un tank et devant explorer un simple Zelda-esque donjon ou avoir à trouver votre chemin dans un labyrinthe. Les batailles sont entièrement scénarisées, s’apparentant davantage à des énigmes interactives qu’à des combats d’usure bruts : bien qu’apparemment « au tour par tour », les joueurs doivent prêter attention à l’ennemi et à la zone dans laquelle ils se trouvent pour déterminer le point faible de l’ennemi.

Même interagir avec le jeu est créatif ; tandis que les batailles et la navigation peuvent être effectuées avec les contrôleurs, vous pouvez également toucher l’écran du commutateur pour interagir avec les choses. C’est très amusant avec certaines des pages de dessin ou littéralement « dessiner » vos coups d’épée dans les combats. Il est également facile d’appuyer simplement sur les boutons à l’écran pour accéder à vos aliments ou engager un ennemi dans un match de Rock ‘Em Sock ‘Em Robots (longue histoire).

Cela dit, cela peut être un peu déroutant avec les contrôleurs ; dans de nombreux cas, votre instinct est d’appuyer sur « A » pour accéder aux choses, mais cela vous fera juste sortir d’un menu. Ou vous pouvez essayer d’utiliser le stick analogique pour déplacer Wright uniquement pour constater qu’il ne bouge que lorsque vous utilisez le D-Pad. Ces petites confusions ne sont pas si mauvaises, mais à cause de tous les petits fioritures que le jeu vous lance lorsque vous passez du mode Recherche au déplacement pour accéder à vos aliments, il est facile d’appuyer sur le bouton A une fois de trop et vous obliger à passer quelques secondes supplémentaires à essayer d’accéder au menu.

Le mouvement dans le jeu est également assez lent : Wright prend son temps pour parcourir les cartes lorsque vous vous déplacez, et étant donné que certaines zones nécessitent un peu de retour en arrière, cela peut rendre l’exploration plus longue qu’elle ne le devrait. Un simple bouton « Exécuter » ici aurait été extrêmement utile.

Mais le résultat de tout cela est toujours un jeu incroyablement charmant et une ode étonnante à l’imagination d’un enfant. Peut-être que vous n’étiez pas Kenta. Peut-être que vous n’aviez pas d’ami avec qui partager votre monde personnel et tisser des kilomètres et des kilomètres de fils que vous avez explorés ensemble. Mais je l’étais, et c’était spécial de voir ça dans ce match. Chaque page est une nouvelle aventure, dégoulinant d’amour et d’attention d’un enfant qui déborde de tout ce qu’il veut partager avec ses amis. Il y a beaucoup de Kenta dans le monde, s’ils pouvaient tous venir se faire raconter leurs histoires comme ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.