Épisode 5 - Lucifer et le marteau à biscuits

Épisode 5 – Lucifer et le marteau à biscuits


La semaine dernière, le public et l’équipe d’animation ont pu souffler un peu, avec l’action en retrait. Pas tellement cette fois-ci, car l’intrigue du golem arrive avec une gravité narrative très inattendue cette semaine, ce qui signifie que nous terminons cet épisode par un combat. Et oui, ce combat ressemble à l’équivalent d’animation d’un flotteur de piscine dégonflé abandonné sur le bord de l’autoroute. Les choses bougent avec le poids et la vitesse du papier de caisse, et peuvent très bien avoir été dessinées dessus pour la cohérence de l’art du personnage. Ça a l’air mauvais, et ça va continuer à avoir l’air mauvais, nous le savons.

Mais bien que ces combats ne puissent pas réellement fonctionner comme un spectacle, nous avons au moins atteint le point où ils peuvent faire avancer l’intrigue et fonctionner comme autre chose qu’un inconvénient mineur résolu en moins d’une minute. Cette semaine, cette fonction est de couronner l’histoire de Hangetsu Shinonome. Ce qui n’est pas vraiment surprenant, étant donné qu’il s’agit d’un mentor sympathique dans une série Shonen. Mourir dans un combat pour protéger la prochaine génération était pratiquement gravé dans son âme dès sa conception. Mais ce qui est surprenant, c’est comment Marteau à biscuits parvient à faire en sorte que cette mort se sente vraiment importante pour le personnage de Shinonome et nos héros.

Même si je m’avance un peu. La première partie de l’épisode consiste davantage à étoffer Sami et son père à travers le voyage le plus difficile au monde vers l’anime Denny’s puisque Le souhait de Scum diffusé. Bien qu’au moins ce soit le plaisir gênant d’avoir le père bizarre de votre béguin qui vous interroge sur vos choix de vie tout en étant habillé comme Sam Spade de Le faucon maltais. De plus, c’est une façon charmante d’établir que M. Asahina n’est pas entièrement exclu de la vie de ses filles. Plus important encore, il martèle l’idée de l’âge adulte imminent, demandant à Yuuhi ce qu’il veut faire ou être, et creusant son désir d’enfance de suivre les traces de son père. On peut se demander si cela serait un bon choix, et rien ne dit qu’il doit s’en tenir à l’aspiration simple de l’imagination de l’enfance, mais ce qui est important, c’est qu’il y ait quelque chose qu’il veut faire de sa vie, et qu’il y met tout son coeur.

Bien sûr, ce qu’il veut faire en ce moment, c’est un pacte de meurtre-suicide avec toute l’humanité – un sous-texte qui devient juste un texte avec la révélation que Sami vit sur du temps emprunté grâce à tous les pouvoirs magiques de la princesse qu’elle abrite. Comme dans elle littéralement, à l’amiable, demande à Yuuhi de mourir avec elle, et il accepte sans même une seconde pensée. C’est sombre, et je suis heureux qu’au moins Noi soit présent pour partager ma réaction d’avoir l’air extrêmement mal à l’aise lorsque cela s’est produit. Ce qui a commencé comme un riff sur nos héros étant les vrais méchants de cette histoire est rapidement devenu quelque chose de beaucoup plus personnel, et je me retrouve à espérer que quelqu’un sauvera ces héros d’eux-mêmes, car ils ne le comprendront certainement pas. sortir d’eux-mêmes.

Ainsi entre Shinonome, et bien que le gars ne comprenne pas entièrement ce que Yuuhi et Sami prévoient, il a le sentiment qu’ils cachent quelque chose et semble vouloir les éloigner d’eux-mêmes (et du non-soi) pulsions destructrices. Eh bien, en quelque sorte. Il essaie au moins de donner à Yuuhi un objectif concret et l’impulsion émotionnelle pour y donner suite, ainsi que la leçon objectivement correcte selon laquelle regarder des émissions de tokusatsu et de filles magiques aide à faire de vous une personne bien équilibrée, mais il y a aussi un sentiment que Shinonome ne Je ne veux pas totalement les dissuader de ce qu’ils font. Bien sûr, il fait de son mieux pour être un adulte responsable, mais il ne les étouffe pas. Peut-être parce qu’autant qu’il parle de grandir et de sortir de l’enfance, de ne pas vraiment étant un super-héros, il ne peut pas non plus tout à fait abandonner ses propres rêves d’enfant.

C’est, plus que tout, ce qui rend cette mort frappante pour moi. Ce n’est pas parce que c’est inattendu – même sans savoir comment ces histoires se déroulent, le sacrifice de Shinonome a été télégraphié en enfer et en arrière par les premiers instants de cet épisode – mais pour le mélange noueux d’émotions qui l’accompagne. Shinonome a passé sa vie convaincu qu’il n’était pas capable d’être un héros, essayant d’accepter et de travailler sur ses propres faiblesses plutôt que de se mépriser pour elles, et à la fin a réussi à les surmonter… et cela a conduit à son sanglant, disparition douloureuse. Pour le public, c’est tragique parce qu’il était dans l’ensemble une figure sympathique et positive dans cette histoire pendant son bref passage. Pour Yuuhi et Sami, c’est une perte confuse d’allié et d’ennemi. Mais pour l’homme lui-même, cela semble presque satisfaisant. Il ne voulait certainement pas mourir, mais sachant que ce faisant, il a réussi à protéger quelqu’un d’autre, à faire ce que Saw a fait il y a toutes ces années, alors qu’il était figé par la peur, semble le réconforter.

Ce mélange d’émotions est finalement ce qui fait que cette fin relativement abrupte du rôle de Shinonome dans l’histoire fonctionne toujours. Malgré son temps relativement court dans l’histoire, il y a un poids à sa mort qui résonne à travers le récit, et je suis intéressé de voir comment les choses cascadent à partir d’ici – d’autant plus que le titre du prochain épisode promet que nous rencontrerons son frère insaisissable. Il est imparfait dans sa livraison, comme l’est une grande partie de cette adaptation, mais il y a suffisamment de soin dans sa conception pour qu’il réussisse toujours à fonctionner.

Évaluation:




Lucifer et le marteau à biscuits est actuellement en streaming sur Crunchyroll.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.