Batman vs Predator: La plus grande création de la planète (ou bien juste le meilleur crossover)

C’est une nuit chaude à Gotham City. Le genre de nuit qui fait ressortir le côté le plus sombre d’une ville sombre. Mais il y a quelque chose dehors qui fait honte aux citoyens les plus dangereux de Gotham.

Ce n’est pas Batman. C’est quelque chose de bien pire.

Publié de 1991 à 1992 en 3 numéros, Batman vs Predator a vu Dark Horse et DC Comics s’unir pour la première fois pour une histoire qui voit le chasseur d’extraterrestres des studios Fox arriver à Gotham, poursuivant un gibier dangereux dans toute la ville jusqu’à ce qu’il rencontre le prix le plus dangereux : le Chevalier Noir. Alors que Batman tente de découvrir qui se cache derrière une série de meurtres horribles dans sa ville, ses recherches le mènent directement au Predator, où il est battu et presque tué lors de sa première rencontre. Maintenant que Bruce Wayne est physiquement brisé et que le Predator déchire Gotham, Batman devra trouver un moyen de vaincre un ennemi différent de ceux qu’il a affrontés auparavant pour le bien de sa ville.

À première vue, une bande dessinée centrée sur le rapprochement de deux personnages populaires mais dissemblables semble être un moyen rapide d’obtenir de l’argent, et si Batman vs Predator est bien une bande dessinée à succès, c’est une bande dessinée à succès croisée bien faite. Une BD qui montre le potentiel d’un grand concept. C’est une idée stupide. Un match de rêve de fanboy joué à fond et doté d’un poids dramatique qui vous fait adhérer à son conflit.

Et ce qui est génial dans Batman vs Predator, c’est que Batman y combat le Predator. C’est un avantage scientifique par rapport à presque toutes les autres bandes dessinées.

De l’histoire discontinue des crossovers inter-sociétés aux frissons d’une histoire créée par Dave Gibbons, Andy Kubert, Adam Kubert et Sherilyn Van Valkenburgh, qui exploite le concept de « Batman avec temps prép. », en passant par sa contribution au boom des crossovers qui a suivi, je n’ai tout simplement pas d’autre choix que de déclarer Batman vs Predator comme la plus grande création de l’humanité. Ou du moins le plus grand crossover de comics jamais réalisé.

Crossover & Predator

Le Predator de John McTiernan en 1987 est presque un petit miracle – un film qui a été retardé par des réécritures constantes, une production troublée et une révision complète de son monstre titulaire, pour finalement devenir un succès au box-office qui s’appuie sur le concept d’une fête de l’action à la Arnold Schwarzenegger pour introduire en douce une touche de science-fiction dans le deuxième acte.

La beauté de Predator est qu’il s’agit à la fois d’une extravagance d’action pleine de testostérone et d’une critique des archétypes de He-Man qu’il dépeint, les rendant inutiles et faibles face à un chasseur inconnaissable. Et comme nous le savons tous, Predator est le deuxième plus grand film de tous les temps (après Evil Dead II). Mais je ne vais pas m’attarder sur le film Predator, gardons cela pour la rétrospective de la franchise.

Ce qui importe ici, c’est que Predator allait rapidement inspirer des suites, des jeux vidéo, des livres et, surtout, des bandes dessinées, une arme utilisant l’iconographie et la mystique instantanées de son slasher de science-fiction pour donner une nouvelle tournure à un principe central simple : les gens les plus méchants du monde viennent d’être pris pour cible par la créature la plus méchante de l’univers, et ils n’en ont aucune idée.

Les crossovers inter-sociétés entre les titres de bandes dessinées n’ont rien de nouveau et contribuent à construire l’univers partagé d’un éditeur depuis des décennies. Mais les crossovers entre sociétés sont beaucoup plus rares et particulièrement délicats en raison de la détention des droits, du partage des bénéfices et des relations souvent conflictuelles entre éditeurs rivaux.

En réalité, le premier crossover majeur a eu lieu en 1976 avec Superman vs. The Amazing Spider-Man, et si la production du numéro n’a pas été facile, c’est vraiment le scénariste Gerry Conway et l’artiste Ross Andru, qui avaient tous deux travaillé sur Superman et Spider-Man, qui l’ont rendu possible. Le succès de la BD a conduit à d’autres collaborations entre Marvel et DC, mais pas autant qu’on pourrait le croire. Une autre association entre Superman et Spider-Man en 1981, Batman contre l’Incroyable Hulk également en 1981, et The Uncanny X-Men et The New Teen Titans en 1982. Par la suite, Marvel et DC ne publieront plus ensemble jusqu’à DC vs Marvel en 1996. En réalité, le plus grand succès de cette première ère de crossover a été Godzilla : King of the Monsters de Marvel, qui a placé le King dans l’univers Marvel pendant 24 numéros.

Par la suite, la plupart des crossover se sont déroulés entre petits éditeurs, souvent dans l’espoir d’accroître leur visibilité dans une industrie dominée par les deux grands.

L’un des éditeurs indépendants les plus populaires qui a commencé son ascension à cette époque est Dark Horse Comics, fondé par Mike Richardson en 1986. Et si les premiers jours de Dark Horse ont vu les débuts de quelques grandes bandes dessinées indépendantes influentes comme Concrete de Paul Chadwick, c’est l’achat par Dark Horse des droits d’édition de plusieurs grands films qui lui a apporté le véritable succès. Dark Horse a commencé à publier des BD de Godzilla en 1987, d’Alien et de Predator en 1989, et de Star Wars en 1991. En particulier, les BD Aliens et Predator de Dark Horse ont non seulement donné plus de vie aux deux franchises existantes, mais ont commencé à utiliser le crossover pour obtenir un plus grand succès.

Une histoire courte Aliens vs Predator publiée dans les pages de Dark Horse Presents #34-36 en 1989 et la mini-série Aliens vs Predator en 1990, écrite par Randy Stradley et dessinée par Phill Norwood et Chris Warner, réunissent les franchises pour la première fois dans une histoire qui voit un groupe d’humains pris dans une guerre de plus en plus dangereuse entre les Yautja et les Xenomorphes sur une planète étrangère.

La fraîcheur de ce crossover a non seulement permis de vendre des tonnes de numéros, mais a également suscité l’intérêt des dirigeants de la Fox, qui ont ajouté un crâne de Xénomorphe comme easter egg dans Predator 2. Le succès de la bande dessinée et la résurgence générale de l’amour pour Alien et Predator ont conduit Dark Horse à publier des tonnes de bandes dessinées Aliens, Predator et AvP dans les années 90, mais l’influence de Dark Horse dans l’industrie a conduit à leur crossover le moins conventionnel et le plus ambitieux.

C’est l’éditeur de Dark Horse, Mike Richardson, qui a suggéré ce crossover entre Batman et Predator, et avec l’approbation des deux éditeurs, Dark Horse et DC ont engagé Dave Gibbons, déjà méga célèbre pour avoir dessiné Watchmen, mais aussi pour avoir travaillé sur de nombreux comics qui ont prouvé qu’il était fait pour ce rôle, notamment en écrivant la mini-série crossover DC World’s Finest en 1990. Cette bande dessinée sera coéditée par Diana Schutz chez Dark Horse et Dennis O’Neil chez DC.

Réfléchissant à ce qui a conduit à la création de cette bande dessinée après tant d’années d’arrêt des crossovers inter-sociétés, Gibbons a déclaré :  » C’est le problème des combats : quelqu’un doit être le perdant. Et personne ne veut que ce soit son gars. À moins, bien sûr, que leur gars ait fait carrière en étant si méchant que les gens paieront pour le voir perdre. Vous savez, comme si c’était un meurtrier diaboliquement laid venu d’une autre planète, par exemple. »

Une super histoire

Batman vs Predator s’ouvre sur un match de championnat de boxe, préparant immédiatement le terrain pour une version plus brutale du combat à venir. Alors que les tensions sont élevées dans la pègre de Gotham, l’arrivée soudaine d’un Predator entraîne rapidement un chaos total – gangsters morts, boxeurs morts, politiciens morts, et une cible sur la tête de Batman. Bientôt, le Chevalier Noir est sur la piste de ce soi-disant « tueur transparent » et commence à comprendre le type de sportivité brutale qui caractérise son code d’honneur.

Tout le monde aime à dire que Batman peut battre n’importe qui s’il a suffisamment de temps pour se préparer, et quoi que vous puissiez en penser, BvP est une histoire où Batman est incapable de se préparer à son ennemi. Et en cela, il a beaucoup de points communs avec les deux premiers films Predator. Ce n’est pas tout à fait le classique « l’intrigue d’un film se déroule et puis un Predator apparaît » parce que le Predator arrive si tôt dans le premier numéro, mais vraiment, la bande dessinée n’a pas le luxe de nous donner le temps d’attendre.

Gibbons construit rapidement une guerre des gangs en cours qui ne dépend pas d’histoires préexistantes, puis renverse le statu quo avec l’arrivée violente du Predator. Cela pourrait avoir lieu dans le canon, ou pas. Il y a une intemporalité dans le statu quo qui nous permet d’arriver à la raison pour laquelle nous sommes ici : Batman combattant le Predator. Le héros que j’aime depuis que je suis un enfant accro à la série animée contre le monstre qui me fait peur depuis que mes parents sont trop laxistes avec mon temps de télévision.

Et comme Batman n’a pas pu se préparer, le Predator le bat sans problème – le tranchant, le poignardant et le rendant temporairement aveugle, Batman n’étant sauvé que par sa Batmobile automatique. Et vraiment, personne ne représente un défi pour le Predator – tueurs vicieux, combattants professionnels, groupes de douzaines de gangsters – le Predator fait un carton et fume ces gars-là.

Avec le héros proche de la mort, Gibbons ajoute ici un autre tic-tac à l’histoire de Batman, alors que l’escalade de la violence et de la peur à Gotham transforme la ville en un baril de poudre, couronné par le meurtre du maire. Rien ne fonctionnant, les équipes du SWAT et la Garde Nationale sont prêtes à balayer la ville rue par rue à la recherche du Predator si Batman ne le vainc pas au matin. Et il n’y a rien de bon qui puisse en résulter.

La chronologie dans laquelle se déroule Batman vs Predator est ambiguë, tout ce qu’il faut savoir c’est que Batman est une présence établie avec un partenariat de travail avec le commissaire Gordon et Alfred comme son fidèle majordome. Les suites de BvP ancreraient leurs histoires dans une période plus spécifique de l’histoire de la publication de Batman, mais Gibbons et ses collaborateurs artistiques créent une Gotham et un Batman qui ressemble à une distillation moderne d’un héros et d’une ville intemporels.

Le dessinateur Andy Kubert et son frère Adam Kubert à l’encrage ont réussi le mélange parfait entre les physiques de super-héros musclés et une architecture gothique moderne. Le résultat final est une histoire qui crée une tonne de super-héros à sensations fortes tout en conservant un côté horrifique à tout. Le Predator peut être n’importe où et DC permet à Kubert de se lâcher avec des tonnes de sang, éclaboussant les victimes et dégoulinant du chasseur partout où il va. En ce qui concerne le Predator lui-même, Kubert reprend le modèle du personnage de Stan Winston dans l’original de 1987. En fait, c’est pratiquement une copie conforme. Et si Predator 2, en 1990, avait déjà introduit l’idée des différentes variantes du design, c’est bien d’iconographie dont il s’agit ici. Le Predator idéal platonique contre ce que je considère comme l’idéal platonique de Batman.

Les encres d’Adam Kubert, qui ont remporté un Eisner Award, préservent une grande partie du travail au crayon d’Andy, en conservant des lignes fines et des pointes acérées sur les contours du visage et les lames, ce qui crée une véritable nature sombre à la chasse nocturne, tandis que son lettrage donne à l’imitation de la parole du Predator une menace extraterrestre. À ses côtés, la coloriste Sherilyn Van Valkenburgh peint Gotham dans des couleurs tamisées, souvent secondaires. L’effet est que Gotham semble malade, délavé et couvert d’obscurité. Cela fonctionne très bien pour une Gotham qui est souvent explorée dans l’obscurité, rôdée par un tueur qui ne peut être vu, et qui ne peut être sauvée que par un héros qui incarne cette obscurité.

Le numéro 2 est en grande partie consacré à la recherche désespérée de réponses par Gordon et au Predator qui poursuit son carnage. Pendant ce temps, nous avons des aperçus de l’expérience de mort imminente de Bruce, sauvé par Alfred et récupérant dans une quantité presque comique de bandages. Ce n’est qu’à ce moment-là que Bruce, frappé d’incapacité, découvre les règles de chasse du Predator. Ces numéros ont été remplis d’émissions de radio et de télévision où flics, criminels, politiciens et combattants se sont déclarés les meilleurs du monde ou ont déclaré leur guerre au Predator. Comme ces premières pages, tout cela n’est qu’un grand combat de championnat fatal, avec le Predator qui s’est couronné champion et qui est prêt à anéantir la concurrence.

Cue Batman sort une nouvelle armure absolument badass pour affronter son ennemi, avec un casque épais qui couvre ses yeux blessés, de multiples couches d’épaulettes, un look blindé musclé et brillant qui ressemble au Batsuit de Michael Keaton porté au niveau supérieur, et une cape de malade.

Et écoutez, j’adore quand Batman sort une nouvelle armure pour un ennemi qui dépasse ses capacités. L’armure de Dark Knight Returns, le costume de Thrasher pour Court of Owls, l’armure de Hellbat en particulier est une de mes préférées. Et l’armure Anti-Predator ici présente est le mélange parfait entre le support de vie et les capacités offensives. Si Batman a une chance d’arrêter le Predator avant qu’il ne soit trop tard, il doit contourner ses propres blessures et se battre sans pouvoir vraiment récupérer.

Après deux numéros de mystère, d’enquête et de grabuge, le dernier numéro de Gibbons est l’événement principal.

Une bataille sur le toit du GCPD, une chevauchée sauvage à travers Gotham, un piège tendu au Manoir Wayne, l’affrontement final montre que les plans les mieux préparés de Batman ne suffisent toujours pas face au danger du Predator, la bombe montée sur le poignet de la créature obligeant Batman à la court-circuiter et à annuler tous ses plans. Mais en fait, Alfred abat le Predator avec un gros fusil à éléphant et Bruce devient la version la plus littérale d’un Bat-Man, et c’est de l’art à son meilleur.

Après deux films, le Predator s’était déjà imposé comme un monstre emblématique du cinéma moderne, les révélations lentes du personnage dans l’original ayant été consolidées par le retour aux éléments essentiels de Predator 2, avec de nouvelles variations de la formule. Le lecteur de BvP n’a pas besoin d’être familier avec ces films pour apprécier la bande dessinée, mais le fait de connaître la nature de la créature, de comprendre ses capacités de chasse, d’anticiper son utilisation d’armes comme la bombe et le disque intelligent, et de savoir qu’une civilisation entière l’observe et l’attend dans les coulisses donne au lecteur un sens de l’ironie dramatique qui n’existerait pas autrement. Sans familiarité, ces révélations sont autant une surprise pour le public que pour Batman. Dans les deux cas, c’est l’histoire d’un héros qui incarne le sommet des capacités humaines et d’un méchant conçu pour trouver et exploiter cette force.

En réalité, BvP est une version condensée et très amusante de Knightfall, avec le Chevalier Noir pris au dépourvu et sévèrement battu physiquement par un nouvel adversaire, la ville plongée dans le chaos suite à son absence et un usurpateur brutal qui se déchaîne, et une nouvelle version blindée de Batman qui revient pour battre son adversaire. Mais sans ces dizaines de numéros passés à attendre qu’Azrael se casse le cul d’ici.

Mieux encore, Batman vs Predator précède Knightfall de plusieurs années, ce qui prouve la fraîcheur du concept à l’époque de sa publication. Batman a, bien sûr, déjà connu des histoires où il a été physiquement battu et poussé au-delà de ses limites, mais j’aime beaucoup la part de cette histoire qui est centrée sur la destruction physique et la récupération, la quasi-totalité du numéro 2 servant d’acte intermédiaire sombre de cette histoire avant le retour triomphal de Batman.

L’influence de Batman vs Predator

Après avoir été considéré comme dépassé pendant des années, Batman vs Predator a prouvé la viabilité commerciale et artistique du crossover inter-sociétés. Et les années 90 ont été remplies d’éditeurs rivaux qui ont ouvert leurs portes pour tenter de remporter un succès jusque-là impossible. Certains se maintiennent bien à la relecture des décennies plus tard, d’autres ont peu d’intérêt au-delà de leur nouveauté.

Dark Horse capitalisera sur BvP avec deux autres histoires de Batman vs Predator – Batman vs Predator II : Bloodmatch de Doug Moench et Paul Gulacy en 1993, et Batman vs Predator III : Blood Ties de Chuck Dixon et Rodolfo Damaggio en 1997. Chacun d’entre eux reprend le principe central de l’arrivée d’un ou plusieurs Predator(s) à Gotham City, mais cette fois en ciblant spécifiquement Batman après qu’il se soit fait connaître de leur espèce, avec des rebondissements supplémentaires et une liste de personnages élargie. Dans BvP II, la Chasseuse devient une alliée malaisée de Bruce tandis que Batman est la cible d’un groupe d’assassins dont la tête est mise à prix. Dans BvP III, Robin Tim Drake aide Batman à combattre un Predator père et fils, tandis que Mr Freeze et Catwoman font des apparitions.

En dehors de cette trilogie, Dark Horse coéditera deux Batman/Aliens, deux Superman/Aliens, Superman vs Predator, Tarzan vs Predator, Predator vs Judge Dredd, Judge Dredd vs Aliens, Superman & Batman versus Aliens & Predator, et bien d’autres bandes dessinées qui connaîtront des succès divers. Mais ce qui leur manque presque toujours, c’est le sentiment de fraîcheur et l’association parfaite entre Batman et Predator. La nature inconnue de l’ennemi est ce qui rend Batman vulnérable dans l’histoire originale et c’est ce qui rend la BD la plus similaire au Predator original. Une fois que Batman sait ce qu’est le Predator et peut à la fois anticiper et se préparer à affronter son ennemi, la bande dessinée perd de son attrait et commence à s’éloigner des principes centraux des grands films Predator. Chaque suite de BvP est un cas de rendement décroissant, même si elles sont toujours divertissantes.

Donc je pense que malgré ma conviction qu’un Predator devrait être présent dans tous les films et dans toutes les bandes dessinées et que les personnages devraient demander « où est Predator ? » chaque fois qu’il n’est pas à l’écran, il est en fait préférable de limiter ces rencontres.

Même après la fin du grand boom des crossovers Predator et Alien avec d’autres sociétés et la réalisation de deux films AvP plutôt mauvais, Dark Horse a poursuivi son univers de science-fiction partagé avec la Fox, avec Fire & Stone en 2014, l’histoire la plus ambitieuse du groupe.

Mais avec l’achat de la Fox par Disney en 2019, les bandes dessinées Aliens et Predator de Dark Horse ont pris fin et avec elles, la possibilité de futurs crossovers inter-sociétés. Au moment de la publication de cette vidéo, Alien est publié depuis un certain temps chez Marvel, mais Predator vient tout juste d’obtenir son propre comics, des problèmes de droits légaux retardant le livre. Bien que Marvel ait évoqué le croisement des deux IPs avec les super-héros Marvel par le biais de couvertures variantes, aucun plan n’a encore été révélé.

Le potentiel de Predator combattant des personnages comme Spider-Man, Captain America ou Iron Man est excitant, mais je pense qu’il y a une leçon à tirer de Batman vs Predator.

Une bonne histoire de Predator repose sur l’équilibre entre le héros et le méchant. Nous devons encourager quelqu’un qui est aussi dangereux que notre chasseur d’extraterrestres, ils doivent soudainement être dépassés quand le tueur arrive, il doit y avoir un vrai sens du danger, et il doit y avoir un sens de l’inconnu qui perturbe le monde que nos protagonistes pensent pouvoir contrôler. Mais plus vous faites ces crossovers, moins ils deviennent spéciaux. Le vrai danger est difficile à réaliser quand on a affaire à des personnages surpuissants dont la longévité repose sur le fait qu’ils ne mourront jamais, mais avec le bon personnage et la bonne histoire, ça peut marcher, à condition de créer une attente et de ne pas sursaturer le marché. Vous savez, l’opposé de ce que Disney a fait avec Star Wars.

Mais quoi que fassent les autres éditeurs de l’héritage de cette bande dessinée, Batman vs Predator sera toujours incroyablement, terriblement badass.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.