En 2015, Olivier Jalabert prend la direction de Glénat Comics avec pour mission de relancer une collection certes qualitative mais qui avait peine à trouver son public. Olivier Jalabert fait le choix de se positionner sur des séries avec des scénarios innovant loin des standards super-héroïques de ses concurrents. A travers ces critères, il propose Lady Killer un comic résolument inventif salué par la critique outre-Atlantique

L’histoire en deux mots: Une jeune vendeuse ravissante se présente au domicile d’une femme pour lui vendre des cosmétiques. Après un bref échange commercial, un combat acharné s’engage entre les deux femmes car Josie n’est pas une inoffensive vendeuse. En effet, elle est aussi une implacable tueuse à gages pour une organisation mystérieuse. Sa mission terminée, elle s’en va retrouver sa vie tranquille de femme modèle et aimante auprès de ses deux filles et de son mari. Au fil des contrats, Josie va s’apercevoir que l’organisme qui l’emploie lui cache certaines choses malgré son indéfectible loyauté. En acceptant un contrat difficile, elle décide d’en apprendre plus sur son énigmatique commanditaire pour ne plus être l’un de leurs valets dociles. Josie va choisir d’entreprendre cette recherche en risquant de mettre en danger sa famille et de compromettre sa vie d’apparence paisible.


Le dessin: La dessinatrice, Joelle Jones, a rendu un album graphiquement sans faute grâce à un travail superbe. Elle a su s’approprier à merveille l’ambiance des années cinquante que ce soit dans la réalisation des décors ou celle des protagonistes. L’ébauche des personnages est une vraie réussite, ils sont charismatiques et attachants pour certains. La dessinatrice a su transposer parfaitement le caractère des personnages à travers son trait. Notamment avec la réalisation du tempérament des filles de Josie, leurs joies de vivre et leurs innocences qui crèvent les planches. Enfin Josie, malgré son sang-froid implacable transpire la sensualité à l’instar des pin-up de l’époque.

 

 

Le scénario: Lady killer n’est pas seulement une série à l’esthétique soignée , elle possède

un scénario d’une grande qualité. Ce dernier est la véritable force de cet album avec son histoire qui est plus complexe et authentique que de prime abord. De plus, le fait d’avoir donné une famille aimante à l’héroïne lui donne un plus indéniable. Effectivement,

 

 

la coexistence de ce rôle de mère de femme et de tueuse à gages lui confère une dimension unique. En effet, certains personnages se révèlent de manière spectaculaire au fil de l’album et prennent le lecteur à contre pied. Enfin, le scénariste a su donner à son héroïne une profondeur rare en la mettant face à des choix difficiles qui la feront évoluer au fil des pages. Ce qui la rend touchante et attachante loin de son image de tueuse.

Lady killer est une série prometteuse avec un accent délicieusement vintage et un scénario plein de surprises qui donne envie au lecteur d’en apprendre plus sur Josie et son étonnante vie.

Vivien

Retrouvez Vivien sur sa page Facebook : La bédéthèque de Vivien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.